INSOLITES


Merci Seigneur ! Béni cet homme

Cette photographie d'un homme donnant ses chaussures à une fille sans-abri à Rio de Janeiro.

 

Merci Seigneur ! Il y a encore dans ce monde des gens aux grands coeurs !

 



04/02/2013
1 Poster un commentaire

L'enfer et le paradis

L'enfer et le paradis

 

Un saint homme tenait un jour une conversation avec Dieu. Il lui dit : 
- Seigneur, j'aimerais savoir comment est le paradis et comment est l'enfer.

 

Dieu conduisit le saint homme vers deux portes. Il ouvrit l'une des portes et lui permit de regarder à l'intérieur. Au milieu de la pièce, il y avait une immense table ronde. Au milieu de cette table, il y avait une grosse marmite contenant un ragoût à l'arôme délicieux. Le saint homme saliva d'envie. Les personnes assises autour de cette table étaient maigres, livides et malades. Elles avaient toutes l'air affamées. Elles tenaient des cuillères aux très longs manches, attachées à leurs bras. Toutes pouvaient atteindre le plat de ragoût et cueillir une cuillerée. Mais, comme le manche de la cuillère était plus long que leurs bras, elles ne pouvaient ramener les cuillères dans leur bouche. Le saint homme frissonna à la vue de leur misère et de leurs souffrances.

 

Dieu dit : 
- Tu viens de voir l'enfer.

 

Dieu et le saint homme se dirigèrent vers la seconde porte. Dieu l'ouvrit. La scène était identique à la précédente. Il y avait la grande table ronde, la marmite de délicieux ragoût qui fit encore saliver le saint homme. Les personnes autour de la table étaient également équipées des cuillères aux longs manches. Cette fois, cependant, les gens étaient bien nourris, replets, souriants et se parlaient les uns aux autres en riant. Le saint homme dit à Dieu :


- Je ne comprends pas ! 
- C'est simple, répondit Dieu. Ils ont appris à se nourrir les uns les autres tandis que les gloutons et les égoïstes ne pensent qu'à eux-mêmes.

 

(auteur inconnu)

 

je vous souhaite un

bon début de week end à tous...

 


 


01/02/2013
0 Poster un commentaire

Le diamant et la goutte de rosée

Le diamant et la goutte de rosée 

 

Conte allemand  

 
Un beau diamant, qui avait autrefois brillé au doigt d'une princesse, gisait dans un pré, à côté de pissenlits et de pâquerettes. Juste au-dessus de lui, brillait une goutte de rosée qui s'accrochait timidement à un brin d'herbe. Tout en haut, le brillant soleil du matin dardait ses rayons sur tous les deux, et les faisait étinceler.


La modeste goutte de rosée regardait le diamant, mais sans oser s'adresser à une personne d'aussi noble origine. Un gros scarabée, en promenade à travers les champs aperçut le diamant et reconnut en lui quelque haut personnage. 
- Seigneur, dit-il en faisant une grande révérence, permettez à votre humble serviteur de vous offrir ses hommages. 
- Merci, répondit le diamant avec hauteur.

En relevant la tête, le scarabée aperçut la goutte de rosée. 
- Une de vos parentes, je présume, monseigneur ? demanda-t-il avec affabilité en dirigeant une de ses antennes vers la goutte de rosée.


Le diamant partit d'un éclat de rire méprisant. 
- Quelle absurdité ! déclara-t-il. Mais qu'attendre d'un grossier scarabée ? Passez votre chemin, monsieur. Me mettre, moi, sur le même rang, dans la même famille qu'un être vulgaire, sans valeur ! et le diamant s'esclaffait. 
- Mais, monseigneur, il me semblait. Sa beauté n'est-elle pas égale à la vôtre ? balbutia timidement le scarabée déconfit. 
- Beauté, vraiment ? Imitation, vous voulez dire. En vérité, l'imitation est la plus sincère des flatteries, il y a quelque satisfaction à se le rappeler. Mais cette beauté factice même est ridicule si elle n'est pas accompagnée de la durée. Bateau sans rames, voiture sans chevaux, puits sans eau, voilà ce que c'est que la beauté sans la fortune. Aucune valeur réelle là où il n'y a ni rang ni richesse. Combinez beauté, rang et richesse, et le monde sera à vos pieds. A présent, vous savez pourquoi on m'adore.

Et le diamant lança de tels feux que le scarabée dut en détourner les yeux, pendant que la pauvre goutte de rosée se sentait à peine la force de vivre, 
tant elle était humiliée. 
Juste alors une alouette descendit comme une flèche, et vint donner du bec contre le diamant. 
- Ah ! fit-elle désappointée, ce que je prenais pour une goutte d'eau n'est qu'un misérable diamant. Mon gosier est desséché, je vais mourir de soif. 
- En vérité ! Le monde ne s'en consolera jamais, ricana le diamant.

Mais la goutte de rosée venait de prendre une soudaine et noble résolution. 
- Puis-je vous être utile, moi ? demanda-t-elle.


L'alouette releva la tête. 
- Oh ! ma précieuse amie, vous me sauverez la vie. 
- Venez, alors. Et la goutte de rosée glissa du brin d'herbe dans le gosier altéré de l'alouette.


- Oh ! oh ! murmura le scarabée en reprenant sa promenade. Voilà une leçon que je n'oublierai pas. Le simple mérite vaut plus que le rang et la richesse sans modestie et sans dévouement ; il ne peut y avoir aucune réelle beauté sans cela.

 

 Lu sur internet

 

 

 

 


01/02/2013
0 Poster un commentaire

Un zèbre très intelligent !

Ce qu'il ne faut pas faire pour éviter de se faire avaler !

 

 



13/01/2013
0 Poster un commentaire

Il y en aura assez pour deux ?

IL Y EN AURA ASSEZ POUR DEUX ! TU CROIS ?

 



13/01/2013
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser